Loading...
You are here:  Home  >  Parcours  >  Current Article

Ήταν στη Φύση του

Par Giorgos Evgenikos, Athènes, histoire en grec  /   Audio  /   1 juillet 2013

Quand la souffrance amoureuse est trop forte, on essaie tant bien que mal de se changer les idées, en allant au spectacle par exemple… Oui mais voilà : on n’échappe pas à son destin !
Text in French

[dewplayer:/histoiresvraies/files/2013/07/Giorgos-Cetait-sa-nature.mp3]

C’était sa nature
Traduction du grec de Lamia Bedioui
Adaptation de François Beaune et Fabienne Pavia

Dans la vie je suis conteur et un jour, lors d’un spêctacle, je décide de raconter l’histoire du scorpion et de la grenouille. Une grenouille fait tranquillement sa petite balade quotidienne au bord de l’eau, quand soudain elle rencontre un scorpion. Il la supplie de l’emmener sur son dos de l’autre côté de la rivière. Il a absolument besoin de traverser, c’est une question de vie ou de mort.
La grenouille lui dit qu’elle ne peut pas l’aider : « Regarde-toi scorpion, sûr que tu vas me piquer ! »
Mais le scorpion lui rétorque que s’il lui injecte son venin ils mourront tous les deux et qu’il n’a donc aucun intérêt à la piquer.
La grenouille réfléchit un instant et décide d’accepter. Le scorpion monte sur son dos, ils entament la traversée. À un moment, la grenouille sent un picotement dans une cuisse, puis dans l’autre cuisse. Elle comprend qu’elle a été piquée, et avant d’être totalement paralysée elle se retourne et demande au scorpion : « Mais pourquoi ? » Et le scorpion, avant de se noyer avec elle, lui répond : « Parce que c’est dans ma nature. »
J’étais en train de raconter l’histoire et au moment où je vais conclure avec la phrase fatale du scorpion, une dame se lève dans le public et se met à crier : « Ah non, ah non, c’est insupportable ! » Elle bouscule les gens dans la travée et quitte la salle en furie. Après un moment de flottement, je reprends le spectacle, mais au fond je me sens coupable, je me demande ce que j’ai bien pu dire pour la mettre dans une telle colère.
La représentation se termine, je sors de la loge et là, à la buvette, je reconnais la femme en train de boire un verre. Je m’approche et avant même que je puisse lui adresser la parole, elle me dit : « Rassurez-vous, vous n’y êtes pour rien, non non, ce n’est pas vous, c’est à cause de cet âne ! »
Je lui demande : « Mais quel âne, que vous est-il arrivé ? » Elle se met à trembler et me dit : « Monsieur, vous ne pouvez pas imaginer ce que j’endure avec ce type ! » Et elle me raconte que l’homme avec qui elle vit la trompe avec un tas de femmes, et que chaque fois qu’elle lui fait remarquer ses trahisons il lui répond comme le scorpion : « Parce que c’est dans ma nature. »
Alors quand elle a entendu cette phrase pendant le spectacle, ça l’a rendue dingue, elle qui était venue m’entendre pour passer un bon moment et oublier ce connard, il a fallu qu’elle tombe sur lui réincarné en insecte…

    Print       Email