Loading...
You are here:  Home  >  Parcours  >  Current Article

Egla be Halvaya

Par Moti Blank, kibboutz Givat Hashlosha   /   Audio  /   Moti Blank, kibboutz Givat Hashlosha   /   3 avril 2013

Voici l’incroyable histoire d’une petite génisse qui rendit hommage à sa manière à un vétérinaire défunt, spécialiste des veaux… Une histoire vraie racontée par Moti Blank, figure incontournable du kibboutz Givat Hashlosha.

Audio in Hebrew, text translated in French


 
Une génisse à l’enterrement
Transcrit et traduit de l’hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech

C’était il y a plusieurs années, avant l’inauguration du nouveau cimetière. On s’était adressé à nous pour l’enterrement d’un vétérinaire célèbre, spécialisé dans les veaux. C’est ce qu’il enseignait à ses étudiants, comment soigner les veaux, comment s’occuper de la production. La plupart de ses étudiants venaient des kibboutzim et moshavim des environs, ils voulaient apprendre à soigner et à produire des veaux. Et moi, quand ils se sont adressés à nous, ça m’a intéressé, nous aussi nous avions une étable.
A l’époque, la nouvelle route n’existait pas encore et les cortèges funéraires, avec les voitures et les gens, passaient devant notre étable. Ça tombait bien parce que les gens ont fait le rapport avec ce que le défunt avait enseigné pendant des dizaines d’années. Il y avait beaucoup de monde, des centaines de personnes et au milieu des gens, une petite génisse que tout le monde caressait, papouillait. Elle se laissait faire, elle léchait les mains, c’était mignon et je regardais sans vraiment me poser de questions. Je me disais que l’enseignement n’était pas uniquement théorique, que les chercheurs de l’Institut Vulcain suivaient les veaux depuis leur naissance et que peut-être ils l’avaient amenée avec eux. La génisse se comportait vraiment comme un petit chien domestique.
L’enterrement s’est achevé. Je me suis dit que de la même manière que les gens de l’Institut avaient amené la génisse, ils le ramèneraient à son étable. Après les sept jours de deuil, quand la famille est revenue au cimetière pour la pose de la pierre tombale, j’ai dit à la femme du vétérinaire, « Vous savez, c’était très sympa d’avoir amené la petite génisse à l’enterrement. » Elle était surprise, « Mais non, m’a-t-elle répondu. Nous étions persuadés que c’était une attention de votre part, que connaissant le défunt et son activité, vous étiez allés chercher une petite génisse dans votre étable. »
J’étais stupéfait, je ne comprenais plus rien. Où était passée la génisse ? Je croyais qu’ils l’avaient ramenée avec eux, et eux, de leur côté, croyaient que c’était nous qui l’avions ramenée dans notre étable. Où était-elle passée ? Est-ce qu’elle était restée sur place ? Puis, en y réfléchissant, nous avons compris. Sans doute, avait-elle suivi le cortège lorsqu’il était arrivé et passé devant l’étable, et quand les gens étaient repartis, elle leur avait emboité le pas et regagné ses pénates.
Quand j’y repense, c’était complètement surréaliste. Qu’une génisse suive le cortège funéraire d’un vétérinaire, grand spécialiste des veaux, vous ne trouvez pas que c’est incroyable ?

 

Moti Blank

    Print       Email