Mehdi avait 8 ans lors de son premier grand voyage au Maroc, un voyage qu’il n’oubliera jamais. Il est parti avec toute sa famille, pendant les vacances à Marrakech, une des villes préférées de ses parents. L’endroit était bien choisi car c’est dans le fin fond de Marrakech que Mehdi à assister à un spectacle peu commun pour les touristes habituels..
Un soir, après une journée fatiguante de visites dans Marrakech et ses alentours, la famille de Mehdi se décida enfin à rentrer à l’hotel. Ils décidèrent pour changer du retour habituel de faire une course.
«  On va faire gars contre filles, c’est-à-dire Neïla, Sarah et moi contre Mehdi et papa » a proposé la mère de Mehdi.
Les premiers à rentrer à l’hotel gagne le droit de choisir ce qu’on va faire demain ! rajouta Neïla, la grande sœur de Mehdi.
Pas de problèmes, on se rejoint a l’hotel ! Trois, deux, un, GO ! »
La mère et les sœurs de Mehdi partirent de leur côté, Mehdi se retrouva donc seul avec son père.
«  Papa, on passe par où ?! Faut qu’on gagne ! cria Mehdi.
J’ai ma petite idée en tête, lui répondit son père. Suis moi et tu verra qu’on va arriver avant elles ! »
Ils commencèrent donc à marcher dans les rues de Marrakech, tout les deux, Mehdi tenant la main de son papa. Ils marchèrent pendant une dizaine de minutes, dans les rues étroites de Marrakech remplies de personnes, de bruits et d’odeurs éxotiques. Mehdi se tenait bien proche de son père, tout ce désordre marocain le mettait mal à l’aise et il se sentait pas rassuré. Les personnes semblaient grandes et étrangères, le mélange de bruits et d’odeurs inconnus pour Mehdi. Il ouvra grand les yeux en marchant, posa pleins de questions a son père et avait même oublier la course avec sa famille. Ils traversèrent un souk, chargé de beaux objets typiques du Maroc et de nourritures exotiques aux couleurs vives. Les vendeurs vantaient leur marchandise en criant à droite à gauche, essayant de capter l’attention des touristes. La foule bouscula Mehdi et il se rapprocha encore plus de son père en lui serrant fort la main.
«  Papa, on arrive bientôt a l’hotel ? demanda Mehdi.
Oui, j’ai un super raccourcie tu vas voir, on vas arriver dans 5 minutes juste avant maman et tes sœurs ! »
Ils venaient juste de sortir du souk, et le père de Mehdi l’entraîna devant une petite ruelle serpentant entre deux vieux immeubles qui avaient l’air de tenir à peine debout.
«  Et voilà, regarde Med’, l’hotel est à l’autre bout de cette rue, on y
est presque ! Aller viens. » Son père commença donc a rentrer dans la ruelle quand il se rendit compte que son fils ne le suivait pas.
«  Bah alors, qu’est ce que t’attends Mehdi ? Viens !
Non, je veux pas passer par là Papa, ça me fais peur.. repondit Mehdi en s’éloignant de la rue.
Ben voyons Med’, ce n’est qu’une ruelle, qu’est ce qui te fais si peur ? »
Mehdi se retourna pour contempler la sombre allée. C’était une rue
toute étroite et pas éclairé, avec le début du coucher du soleil Mehdi ne pouvait pas voir loin à l’interieur. Il apercevait quelques poubelles à côté des petites portes des immeubles bordant la rue et une échelle peu stable le long mur. Il entendit un chien aboyer tout d’un coup et recula d’un pas.
«  Je veux pas Papa, il y a personne et il fait noir, il peut nous arriver quelque chose ! En plus ici les gens me font peur..
Mais il va rien se passer mon fils, les gens ici sont comme les gens en France ! Les gens sont très calmes ici, ne t’inquiète pas, on va traverser cette rue sans aucun soucis et tu verra tu sera content d’être passé par la quand on va gagner la course.
Non je veux pas !
Aller Mehdi, fais moi confiance ! Tout va bien se passer, je suis passer pleins de fois par ici sans problèmes, tiens moi la main et viens.
Non non non !
Mehdi, m’oblige pas à me facher..
Je ne veux pas !
Bon Mehdi, on a pas le choix il va falloir qu’on rentre ! Aller tu viens ! » Le père de Mehdi commença a perdre patience.
«  Bon.. D’accord.. Mais on se dépêche alors ! »
Le petit garçon se décida et, boudant, il pris la main de son papa et se mit en marche tout proche de lui. Le fils et son père commencèrent à rentrer dans la ruelle lorsque devant eux, un vieux marocain et un jeune sortirent soudainement d’une des portes des immeubles en faisant beaucoup de bruit. Le vieillard semblait un peu saoul, avec une bouteille à la main et ne marchait pas droit. Le jeune marocain lui s’amusait à le taquiner et à le toucher. Tout à coup, le vieillard leva son bras et écrasa sa bouteille contre la tête du jeune. La bouteille éclata en mil morceaux et le jeune s’effondra par terre en criant. Puis, sortis de nulle part, pleins de gens arrivèrent dans la petite allée étroite et cette foule se transforma en bagarre générale. Tout le monde criait et tapait, ce chaos partait dans tout les sens. Toute cette action se déroula sous les yeux ébahis et apeurés de Mehdi en seulement plusieurs secondes. Il se cacha dans les bras de son père et les deux firent demi tour rapidement pour rejoindre la rue principale. Finalement, ils arrivèrent à l’hotel en dernier et ne gagnèrent pas la course mais ils ont pu voir en vrai une grande baston. Ce souvenir est resté gravé dans la tête de Mehdi et le restera encore pendant longtemps, il n’oubliera jamais ce petit détour à travers les rues de Marrakech.

Lisa Bourcier – Barcelone – Texte / Text
Histoire écrite en français / Story written in French