L’heure d’un premier bilan : le cordon bleu n’est pas pareil

2 janvier 2012

Demain je prends le bateau pour Tanger, l’escale espagnole se termine, nous sommes le 2 Janvier et c’est bien l’heure des bilans : j’ai pu rencontrer environ 70 personnes, en grande partie par le biais de l’Institut français, qui m’ont raconté chacun à leur manière et dans leurs langues leurs histoires vraies (dont en chinois et en allemand). Toutes ne sont pas encore sur le site car en cours de validation. On attend aussi de nombreuses histoires pour l’année 2012 de la collecte organisée par trois classes du Lycée français : une centaine de lycéens de seconde vont se mettre en chasse, filmer ou enregistrer leurs proches. D’autre part, un partenariat est en cours avec la plateforme culturelle Transit (www.transit.es) qui sera un intermédiaire précieux pour la récolte de 2012 à travers toute l’Espagne, et aussi pour mobiliser des artistes en 2013.

Nous sommes bien sûr encore loin de notre ambition de départ, qui est de constituer en 2012 une véritable bibliothèque de Babel d’histoires vraies en provenance des treize pays concernés, que l’on ouvrira ensuite au public en 2013 à travers diverses créations artistiques tout autour de la Méditerranée. Deux compagnies de théâtre barcelonaises réfléchissent actuellement à comment se servir de ces histoires vraies pour imaginer un spectacle. Nous souhaitons qu’un maximum d’auteurs/artistes s’approprient le projet, chacun à leur manière. Ces histoires sont à tout le monde, le défi est de les partager…

Sinon, dans un tout autre ordre d’idée, je réfléchissais aussi qu’au fond, qu’est-ce qu’on attendd’un pays, quel qu’il soit, si ce n’est que les sachets d’emmenthal ferment bien après premier usage (par un système de clips), que les Goldens soient craquantes, que les pubs irlandais fassent l’happy hour et que les sushis soient frais ?
Eh bien il y a tout ça à Barcelone, et même plus. En terme de qualité de vie, ça pourrait presque rivaliser avec l’Auvergne. Il faudrait que je reste un an pour vraiment mieux comparer Barcelone et Clermont-Ferrand.

En attendant, une petite recette du cordon bleu à la catalane, aka El Relleno, sur le stand d’Isabelle la bouchère, au marché Sainte-Catherine.

D’abord mettre un peu n’importe quoi dans une pièce de barbaque en forme d’abat-jour

 

ensuite rouler serré

 

et profiter du beau sourire d’Isabelle, qui est vraiment excitante avec ses gants

Enfin pour mieux comprendre les subtilités de fabrication du Relleno, voilà une petite vidéo pédagogique: L’explication du Relleno